Nouvelles et information

Nouvelles Internet : Étapes importantes en matière de connectivité à large bande de haute qualité dans le Nord

Réseau de Communications Eeyou

Oujé-Bougoumou, Québec, 1er novembre 2017 : Avec la récente mise en service d’un nouveau centre d’interconnexion principal situé à Amos (Québec), le Réseau de communications Eeyou (RCE) a rencontré des représentants des gouvernements fédéral, provincial et cri, ainsi que des communautés locales afin de déterminer les prochaines étapes.

_ « La mise en place du centre grande-capacité d’Amos, notre deuxième centre d’échange Internet, a permis au RCE d’atteindre un statut optimal et d’offrir une redondance complète du réseau », mentionne le président du RCE, M. Alfred Loon. Il ajoute : « Grâce à cette nouvelle étape, le RCE pourra instaurer les services de fibre optique jusqu’au domicile (FTTH) au printemps 2018. »_

L’objectif du service FTTH est de livrer le triple service (Internet, téléphonie et télévision) dans plus de 4 000 foyers à Radisson, Wemindji, Eastmain, Waskaganish, Waswanipi, Oujé-Bougoumou, Nemaska et Mistissini. Chaque abonné aura accès à un service complet : 150 chaînes et plus de télévision, entre 50 Mb/s et 1 Gb/s d’accès Internet, la téléphonie résidentielle régionale sans-frais interurbains, un éventail de sites Web de diffusion en continu dont Netflix, Google Play, HBO Now, Apple TV, Tou.tv, ainsi que la possibilité de jouer en temps réel. Les tarifs devraient être comparables à ceux de Québec et Montréal.

Structure du RCE

Le RCE est une société sans but lucratif fondée en 2004 par l’Administration régionale crie. Sa mission principale est de fournir des services de télécommunications modernes à prix raisonnables aux quatorze communautés du territoire Eeyou Istchee et de la Baie-James. Sa mission est aussi d’améliorer la qualité de vie de la population et de faire bénéficier de ses services aux institutions et entreprises locales, comme les hôpitaux, les écoles et les administrations municipales.

Démarrage : La phase 1

En 2007, des entités sociales et d’éducation régionales de la Baie-James se sont joint aux gouvernements locaux cri et jamésien afin de centrer leurs efforts sur la construction de la première phase du RCE. Grâce à cette initiative, les communautés de Mistissini, Chibougamau, Chapais, Oujé-Bougoumou, Waswanipi, Lebel-sur-Quévillon, Matagami, Nemaska, Radisson, Wemindji et Chisasibi ont été branchées par fibre optique aux réseaux internationaux d’Internet. Le projet a été soutenu par le programme Villes et villages branchés du Ministère de la Communication et de la Culture du Québec et Développement économique Canada. Les commissions scolaires, le conseil de la santé, les fournisseurs Internet locaux et les usagers des communautés ont été les premiers à se prévaloir de la connectivité à haute vitesse illimitée. En 2013, le RCE et Telus ont collectivement étendu les services de télémédecine grâce au service québécois Réseau intégré de télécommunications multimédias (RITM). Ce partenariat a offert un service à large bande pour toutes les installations régionales en santé et autres entités gouvernementales provinciales et institutions cries, ce qui a largement amélioré les services sociaux offerts dans la région.

Accomplissement récent : La phase 2

Après la phase 1, le service a été étendu par le RCE afin d’inclure Eastmain et Waskaganish. En plus de fortifier la capacité du réseau sur tout le territoire du RCE, cette construction a assuré la redondance en créant un anneau optimal de lignes de fibre optique dans la région. Afin de brancher Waskaganish et Eastmain au réseau du RCE, une initiative d’ailleurs plutôt coûteuse, il a fallu installer 950 km de lignes de fibre optique le long de la route de la Baie-James et des routes d’accès aux communautés. Le projet a été possible grâce au soutien des gouvernements provincial et fédéral. Les partenaires financiers étaient la Société du Plan Nord du Québec, les Affaires autochtones et du Nord Canada, le programme Un Canada branché du ministère de l’Innovation, Sciences et Développement économique Canada, le Gouvernement de la nation crie et l’Administration régionale Baie-James.

Fibre optique jusqu’au domicile : La phase en cours

Après des années de planification, le RCE a démarré un de ses projets les plus ambitieux : la fibre optique jusqu’au domicile, qui a pour objectif de rejoindre chaque foyer et PME de toutes les communautés d’Eeyou Istchee. Ce projet à la fine pointe de la technologie en matière de services de télécommunications de haute qualité à prix abordables est financé par le programme Canada numérique 150 du gouvernement fédéral, le Gouvernement de la nation crie et l’Administration régionale Baie-James. Lorsque les constructions en cours seront complétées (au printemps 2018), le FTTH offrira un service de pointe en télécommunications aux PME et usagers résidentiels des communautés d’Oujé-Bougoumou, Radisson, Mistissini, Waswanipi, Eastmain, Waskaganish, Nemaska et Wemindji. Le RCE travaille présentement aux côtés du distributeur de télécommunications canadien Distributel afin d’offrir aux abonnés un forfait complet (pour PME et résidentiel) comprenant Internet, la télévision et la téléphonie.

Franchir La Grande : La prochaine phase

Le RCE se prépare à la prochaine phase de construction majeure. Cette expansion établira une connexion de fibre optique entre la communauté de Whapmagoostui, au nord de la rivière la Grande, et le réseau régional du RCE.

Remerciements

Le Réseau de communications Eeyou tient à remercier les principaux partenaires ayant contribué à la réussite de son implantation :

Le gouvernement du Québec (Société du Plan Nord, programme Villages branchés du ministère de la Communication et de la Culture du Québec)

Le gouvernement du Canada (Un Canada branché, Canada numérique 150, ministère de l’Innovation, Sciences et Développement économique Canada, Affaires autochtones et du Nord Canada)

Le Gouvernement de la nation crie

L’Administration régionale Baie-James

TELUS Québec

Distributel

Communiqué de presse / 1er Novembre 2017

4000 foyers Eeyou auront accès aux services internet, téléphonie et télévision

Anthony Martineau

Amos est maintenant doté d’un centre d’interconnexion principal.

Ça permettra au Réseau de communications Eeyou de livrer le triple service Internet, téléphonie et télévision dans plus de 4 000 foyers à Radisson, Wemindji, Eastmain, Waskaganish, Waswanipi, Oujé-Bougoumou, Nemaska et Mistissini.

Le directeur général du Réseau de communications Eeyou, Cédrick Melançon:

«La région a été traditionellement sous-desservie en termes de télécommunications et il était temps que ça change.»

Le réseau compte instaurer les services de fibre optique jusqu’aux domiciles au printemps 2018.

Le RCE est une société sans but lucratif fondée en 2004 par l’Administration régionale crie.

Sa mission principale est de fournir des services de télécommunications modernes à prix raisonnables aux quatorze communautés du territoire Eeyou Istchee et de la Baie-James.

Énergie 99.1 92.5 / 2 Novembre 2017

Les millions pleuvent sur la région réseau large bande

Sylvain Martin

Beaucoup de dignitaires pour annoncer ce méga projet de réseau large bande pour la région Nord-du-Québec au coût de 28,8 M $. Ce projet commun Cris-Jamésiens est un modèle de partenariat et qui démontre la force et l’expertise de la région Nord-du-Québec. L’hôtel de ville de Chibougamau a été le théâtre d’une annonce importante pour la région Nord-du-Québec, alors que le réseau de fibres optiques d’une valeur de 28,8 M $ sera déployé et mis en service pour 2011

Beaucoup de dignitaires a cette conférence de presse, laissant deviner l’importance de cette annonce. Ce réseau de fibres optiques sera déployé sur une distance de 1 400 km et desservira 15 communautés cries et jamésiennes de la région Nord-du-Québec.

Source originale

La Sentinelle / 15 avril 2010

La réseautique à large bande pour les Cris et les Jamésiens

Jean-François Ferland

D’ici quelques années, une quinzaine de villages de la Baie-James bénéficieront d’un réseau de télécommunications à haute vitesse en fibre optique. Cet ambitieux projet de 26 M$ procurera l’accès à Internet, la télémédecine, l’éducation à distance et d’autres services technologiques aux communautés cries et jamésiennes.

Le 12 avril dernier, le gouvernement du Québec, par le biais du programme Villages branchés, et le gouvernement du Canada, par l’entremise de l’organisme Développement économique Canada, ont annoncé qu’ils contribueraient 9,6 M$ chacun à l’établissement d’un réseau de télécommunications à large bande qui sera fondé sur la fibre optique dans le Nord-du-Québec.

Le projet vise l’implantation d’un réseau à haute vitesse de St-Félicien et Quévillon jusqu’à Kuujjuarapik, pour lier une quinzaine de villes et villages où vivent des citoyens autochtones et non autochtones. Ce projet est piloté par Réseau de communications Eeyou, un organisme autochtone sans but lucratif qui a été établi par plusieurs conseils et organismes de la communauté crie du Nord du Québec. Saisie d’écran Carte - cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le plan envisagé du réseau de télécommunications à large bande de Réseau de communications Eeyou (Source: Réseau de communications Eeyou)

Le Grand conseil des cris et la Conférence régionale des élus de la Baie James investiront le tiers de la somme requise pour ce projet.

La plupart des villages seront liés par des câbles de fibre optique qui seront attachés à des poteaux en bois, à la manière des fils téléphoniques. Ces câbles seront liés à des relais qui seront connectés à leur tour à un câble de garde à fibre optique du réseau de transport d’Hydro-Québec, qui relie le poste de Chamouchouane près de St-Félicien à la centrale hydroélectrique LG1. La bande passante de réseau disponible variera de 2,5 Gb/s à 10 Gb/s (gigabits par seconde). Le réseau planifié, lorsque complété, utilisera 2 400 kilomètres d’infrastructures sur fibre optique. Un seul tronçon, soit entre Radisson et Kuujjuarapik, aura recours à une liaison par faisceau hertzien, à l’aide d’une infrastructure appartenant à Télébec, en raison de l’absence de route entre les deux localités.

Alors que des travaux d’inspection de sites sont déjà réalisés, les gestionnaires du projet comptent amorcer la construction du réseau dès cet été, avec comme objectif une mise en activité d’une première phase à l’automne 2011.

Réseau de changement

Ce réseau à large bande procurera aux individus, aux institutions et aux entreprises un accès à la Toile par le biais de fournisseurs d’accès Internet locaux, mais aussi l’exploitation d’applications de télémédecine et d’éducation à distance et l’accès aux services en ligne des gouvernements.

L’ingénieur Louis Lavergne, qui agit à titre de conseiller dans ce projet, indique que l’accès à la vidéo sur demande et la télé à haute définition, mais aussi l’exploitation de services de téléphonie mobile sera possible par le biais de fournisseurs locaux. Il indique que les infrastructures présentement utilisées dans la région de la Baie James reposent sur de l’équipement de transmission par micro-ondes qui a été établi dans les années 80.

M. Lavergne croit que l’accès à un réseau de télécommunications à large bande entraînera de grands changements dans la région. « Il n’y a qu’à penser, par le recours à la télémédecine, aux millions de dollars en coûts qui pourront être économisés au niveau du transport de personnes entre les villages et Val-d’Or ou Chibougamau pour recevoir des soins », donne-t-il en exemple.

Alfred Loon, administrateur au Réseau de communication Eeyou, explique que les citoyens des communautés cries n’ont accès qu’à des liaisons téléphoniques commutées ou à des liaisons numériques (Digital Subscriber Line , ou DSL en anglais) « très, très légères ». Certaines commissions scolaires exploitent actuellement des applications de formation à distance, avec une bande passante moindre que ce qui sera offert par le biais de la fibre optique.

M. Loon s’attend à ce que ce réseau soit bénéfique pour le développement économique et l’emploi au sein des communautés autochtones. « Ce réseau sera également bénéfique pour la jeunesse, qui s’intéresse de plus en plus aux technologies », indique-t-il.

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Source originale

Direction informatique / 19 avril 2010